Cela fait maintenant un peu plus d'un an que c'est arrivé. J'y pense chaque jour, j'essaie de coller des mots à ce que je ressens, des formulations me viennent, je les trouve pile poil adaptées à ce que je ressens, puis je les oublie... 

Alors j'ai décidé d'écrire ce blog. De manière anonyme, car je n'ai aucun intérêt à ne pas l'être. J'ai entièrement conscience que mes sentiments et mon histoire sont différents des sentiments et des histoires des autres : je ne dicte aucune manière de penser, de réagir, de vivre, de survivre. J'avais juste besoin, égoistement, de partager mes sentiments et de noter quelquepart ce qui me passe sans cesse par la tête.

Ma femme et moi avons eu un premier enfant, et tout s'est bien passé. Je vis ma première paternité de manière tout à fait épanouie. Puis nous avons eu un deuxième enfant. Tout s'est beaucoup moins bien passé : 4 semaines avant le terme, sans réelle explication, notre enfant est décédée in utero. Nous avons vécu son décès, sa naissance et son enterrement en exactement 7 jours.

J'ai donc été une deuxième fois papa, sans pouvoir vivre avec l'enfant de cette seconde paternité. Le mal-être que je ressens depuis, je l'explique aujourd'hui comme ça : vis à vis de mon deuxième enfant, je ne me sens pas tout à fait papa. Je ne la porte pas dans mes bras, elle ne partage pas mes genoux avec mon premier enfant, je ne pourrai jamais lui apprendre à faire du vélo ou à baragouiner ses premières phrases. Tout ce qui fait d'un papa un papa, je ne le connaitrai pas avec elle. 

Je n'écrirai pas régulièrement sur ce blog, il y aura très probablement des longs moments sans rien de plus. Je ne compte pas me forcer à écrire. Je veux mettre à plat, comme ça vient, mes moments de spleen, mes sensations, les petits mots que j'arriverai à mettre sur ce que je ressens au plus profond.

Je n'écrirai pas pour être lu. J'écrirai pour écrire, et, peut être, pour faire vivre un peu l'enfant que j'ai eue sans l'avoir là, avec moi, sur mes genoux.